Vendredi 30 Juillet

MODESTE PROPOSITION

18H00

Halle de Mantenay

POUR REMÉDIER À LA TROP FORTE CROISSANCE DE LA POPULATION MONDIALE

d’après Platon, Swift, Darwin, Malthus

21H00

Compagnie du Détour (71)

Avec Valérie Laroque ou Agnès Laroque et Christophe Noël

Adaptation et mise en scène : Agnès Laroque

Production : Compagnie du Détour (71)

15 / 12 / 5 €

Théâtre burlesque

15 ans de tournée !!!

Un démographe et son assistante viennent nous faire part de l’état de l’évolution de la population mondiale en ce début de troisième millénaire. Leurs observations entraînent des conclusions alarmantes : 

Nous sommes trop nombreux… 

Leur solution pour remédier à cette croissance démographique galopante est impitoyable : 

Il faut recycler les personnes inutiles. 

C’est sous la forme d’une conférence illustrée d’expérimentations qu’ils vont méthodiquement développer leur thèse.

Monstrueux ! Malhonnête ! Un petit bijou d’humour noir, et un duo burlesque à mourir de rire.

UNE VIE

21H00

Ferme du Sougey

de Guy de Maupassant

Clémentine Célarié

20 / 15 / 5 €

Avec : Clémentine Célarié

Mise en scène : Arnaud Denis

"Une vie, voyez vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit."

C’est sur cette phrase que Maupassant achève son premier roman. Il nous raconte l’histoire de Jeanne. Une vie parmi d’autres. Avec toutes les découvertes, les grandes joies, les plaisirs, les désillusions, et les souffrances que cela

comporte.

Une vie parmi d’autres, et toutes les vies en une. Jeanne est à elle seule toutes les femmes. Les saisons de l’existence se suivent, l’amour et la mort se succèdent, et l’éternel recommencement est là, tout près. Les vagues de l’océan viennent laver l’existence de leur ressac purificateur.

Un chef d’oeuvre de la littérature française porté seule en scène par Clémentine Célarié.

Clémentine Célarié s’approprie la langue de Maupassant avec une émotion, une ferveur, un talent rare et qui donne au public des frissons à chaque instant. (Regard.org)

Avec ce spectacle qui repose entièrement sur ses épaules, Clémentine Célarié atteint un point d’orgue dans sa carrière. (Le Figaro)